Achat investissement Location prestige terrain Viager colocataire Déposer une annonce

Accueil > Guide > Plomb

Plomb

Le plomb est un métal plébiscité pour sa résistance à la corrosion. Utilisé, au départ, pour fabriquer les conduites d’eau et les pigments de peintures, il s’avère, aujourd’hui, hautement toxique. Classé comme « potentiellement cancérigène », en 1980, par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), il est reclassé, en 2004, comme « probablement » cancérigène pour l’homme et l’animal. En effet, son exposition engendre de graves problèmes de santé, identifiés sous le nom de saturnisme.

Les professions exposées

Selon l’Institut National de Recherche et de la Sécurité (INRS), « environ 130 000 salariés seraient exposés au plomb en France » (Etude SUMER 2003). Les secteurs du bâtiment et de l’artisanat sont les plus touchés, puisqu’ils regroupent les principales professions exposées.

Dans l’industrie, cela concerne les personnes qui interviennent sur les peintures et les canalisations des vieux bâtiments, celles qui découpent et sablent les structures métalliques recouvertes de peintures anticorrosion, celles qui effectuent des travaux de couverture, mais aussi, les personnes qui fabriquent et recyclent les batteries, réalisent de la céramique, des verres spéciaux, du cristal ou de la peinture, ainsi que celles qui interviennent dans le domaine de la métallurgie, la plasturgie ou dans le recyclage des produits électroniques et enfin, celles qui réparent les radiateurs d’engins et de poids lourds. Dans le secteur artisanal, l’exposition au plomb concerne essentiellement ceux qui fabriquent et réfectionnent les vitraux et ceux qui interviennent dans le domaine de la poterie, la fonderie d’art et la joaillerie. Enfin, le risque est également présent pour les personnes travaillant dans des stands de tir.

Les risques encourus

Tous ces travailleurs peuvent être intoxiqués par l’inhalation du plomb et de ses composés (qu’il s’agisse de poussières ou de fumées) ou par ingestion de particules inhalées. Le métal toxique s’accumule ainsi dans le corps, et surtout dans les os, provoquant des maladies appelées globalement saturnisme.

Si les effets du plomb atteignent le système nerveux, cela peut engendrer des troubles de l’humeur et de la mémoire, une détérioration des capacités intellectuelles et une atteinte aux nerfs moteurs périphériques. Si le plomb va dans les reins, il perturbera leur fonction d’élimination et créera une insuffisance rénale chronique. Dans le sang, il pourra être à l’origine d’une anémie, et dans le système digestif, il occasionnera des douleurs abdominales dues aux « coliques de plomb ». Le métal est également à l’origine d’anomalies en matière de reproduction (fertilité, effets indésirables sur la grossesse et sur le développement de l’enfant).

Une solution : la prévention

La prévention à l’exposition du plomb requiert sa suppression ou sa substitution progressive par des matériaux moins nocifs. A défaut, il s’agit de réduire les poussières et vapeurs à l’origine des intoxications et de limiter le nombre de salariés exposés (ainsi que les niveaux d’exposition). Par ailleurs, il est primordial d’informer et de former les travailleurs pour qu’ils respectent davantage les mesures d’hygiène (lavage des mains et du visage avant les repas, douches, changement de vêtement après le travail, etc.) et s’astreignent à un suivi médical renforcé.