Achat investissement Location prestige terrain Viager colocataire Déposer une annonce

Accueil > Guide > Rejointoiement

Rejointoiement

Les traitements de rejointoiement

Comme les joints représentent traditionnellement, 15 à 25 % de la surface totale d’un mur, l’opération de rejointoiement revêt une certaine importante : en soignant ses joints, on allonge considérablement la durée de vie d’un mur et on le protège par la même occasion, de l’humidité et des infiltrations. Mais au-delà de ces qualités techniques, cette opération est également esthétique puisqu’elle permet de choisir la teinte du mortier : certains opteront pour un effet contrasté avec un mortier de couleur foncée sur une brique claire, ou vice-versa ; d’autres, préféreront la discrétion en choisissant une couleur identique (ou presque) entre le mortier et les pierres.

Le rejointoiement est réalisé à la construction d’une maison ou lors d’une rénovation ; mais, dans les deux cas, le processus reste le même :

  • Préparation du mur : remplacez les briques ou pierres altérées en les scellant avec du mortier ; brossez et dépoussiérez la façade, humidifiez-la ensuite, pour retirer les dernières poussières. Vous pouvez nettoyer en profondeur en appliquant une dose d’acide chlorhydrique dans votre eau (attention aux projections sur vos yeux et vos mains), qu’il faut ensuite, rincer avec un jet puissant.

  • Préparation de l’enduit : mélangez l’eau et l’enduit, selon les indications, pour obtenir une pâte collante et sans humidité. En moyenne, la préparation dure 1h30 et un sac de 25 kg peut couvrir 5 à 10 m² de rejointoiement.

  • Application : appliquez l’enduit sur le mur à la taloche, remplissez chaque joint ; puis, frottez l’excédent à la brosse douce, et laissez sécher une semaine. A ce stade, il est possible d’appliquer également un traitement hydrofuge sur les joints.