Achat investissement Location prestige terrain Viager colocataire Déposer une annonce

Accueil > Guide > Taux emprunts

Taux emprunts

L’évolution des taux d’emprunt

Lorsque vous souhaitez vous porter acquéreur d’un bien immobilier, il est nécessaire – dans la majorité des cas – de souscrire un prêt immobilier. Pour comparer l’offre des différentes banques, il convient d’observer les critères les plus importants : le taux, naturellement, puis l’assurance, la garantie, les modalités de remboursement anticipé, l’option modulable, pour ajuster les mensualités aux revenus et dépenses, et les frais de dossier.

La question des taux d’intérêt

Principale donnée à comparer : les taux d’intérêts pratiqués par les différents organismes bancaires, puisque ce sont eux qui déterminent le coût global de l’emprunt. Les banques vous demanderont, alors, de choisir entre le taux fixe et le taux variable :

Le taux fixe est établi une fois pour toute. Sans surprise, il permet de connaître, à l’avance, le montant des remboursements tout au long de la période du crédit. Cette absence de modularité vous protège contre les hausses des taux  mais, à l’inverse, vous empêche de bénéficier d’une baisse.

Le taux variable s’adapte – comme son nom l’indique – à l’évolution du marché. Il est déterminé par l’indice de référence (traditionnellement, l’Euribor 1 an) auquel s’ajoutent le taux et la marge de l’établissement (hors assurance). S’il est conseillé, en cas de revente rapide du bien, il est préférable, tout de même, de « caper » le taux ; en d’autres termes, lui assurer un taux plafond qu’il ne pourra pas dépasser, pour éviter toutes déconvenues. Par exemple, en prenant un cap de 1, si le taux est de 3 % sur 15 ans, il ne pourra jamais dépasser les 4 % et cela, malgré les variations subies pendant toute la durée du prêt.

L’historique des taux

La société CAFPI, numéro 1 des courtiers en crédit immobilier, a établi un graphique sur l’évolution des taux fixes, entre 2002 et 2011, soit les 10 dernières années. Si le plus faible taux enregistré dans la période, est obtenu, en 2010, avec 3,37 %, le plus haut était, en 2002, avec 4,95 %. A noter cependant que le taux, fortement descendu en 2010 (3,37 %), après deux années de haut taux (4,58 %, en 2008, et 4,27 %, en 2009) est légèrement remonté de 0,27 points, en 2011.

Comme le taux fixe, le taux variable a connu des variations avec des points culminants, pour 2008 et 2009. L’Euribor – indice de référence des établissements bancaires pour fixer leur taux – a également connu une belle ascension, ces deux années, pour se fixer à 4,5 %, en 2008 et 5,5 %, en 2009. En 2010, l’indice a chuté de manière drastique, pour descendre à son plus bas niveau depuis 10 ans, soit proche de 1,5 %. En 2011, à l’image du taux fixe, il effectue une remontée, pour se fixer autour de 2 %.

Comparativement, si le taux fixe a connu une variation globale de 1,31 point en 10 ans, l’indice Euribor, sur lequel est construit le taux variable, a subi une modulation plus importante d’environ 3,5 points, avec des pics entre 1 % et 5 %, contre 3,37 % et 4,95 % pour le taux fixe.