Blog

Certificat de conformité maison : comment l’obtenir ?

Par admin , le 3 novembre 2021
Certificat de conformité maison

Il s’agit d’un document délivré par la mairie pour s’assurer que votre maison respecte les normes du permis de construire. Peu connu, ce certificat est pourtant nécessaire à la revendre. Comment obtenir le certificat de conformité d’une maison ? Voici toutes les informations à ce sujet.

A qui s’adresser pour obtenir le certificat de conformité d’une maison ?

Lors de la construction d’une maison, vous devez obtenir un permis de construire auprès de la mairie. Les communes les confirment ou les révoquent selon les règles établies par le Plan Local d’Urbanisme (PLU).

Auparavant, la mairie délivrait un certificat de conformité. Il s’assure que la maison corresponde au permis de construire déposé et validé avant le début des travaux. De nos jours, ce document a été remplacé par la déclaration attestant l’achèvement et la conformité des travaux ou DAACT.

Le certificat de conformité de la maison doit être soumis dans les 90 jours suivant la fin des travaux. Un bâtiment est en état d’achèvement lorsqu’il est habitable. C’est-à-dire qu’il est à la fois à l’abri de l’eau (toiture, murs) et de l’air (menuiseries, portes, fenêtres…). Cela signifie que la taxation est pleinement appliquée à partir de ce moment, alors qu’elle est partiellement appliquée jusqu’au certificat de conformité de la maison.

S’il n’y a pas de limites de temps pour l’exécution des travaux, l’administration considère les travaux comme étant d’avancement continu. Il faut donc respecter certains rythmes. Les interruptions ne doivent pas dépasser un an avant la reprise des travaux. Dans le cas contraire, le propriétaire perdra le permis de construire.

Qui dépose la demande de certificat de conformité ?

À la fin de la phase de travaux, le maître d’ouvrage ou le propriétaire de la maison doit transmettre une déclaration d’achèvement des travaux à la mairie (formulaire Cerfa)pour certifier que la réalisation est bien conforme au permis de construire déposé.

Vous devez également disposer d’une attestation de prise en compte de la réglementation thermique 2012 (RT 2012) remplie par le maître d’œuvre. L’ensemble du dossier doit être envoyé par courrier ou remis directement en mairie avec un accusé de réception.

Qui dépose la demande de certificat de conformité ?

Comment prouver la conformité des travaux?

Les certificats de conformité de maison sont régis par les articles L.462-1 et R.462-1 du code de l’urbanisme. Il doit être envoyé par lettre recommandée avec accusé de réception et doit être signé par le maître d’ouvrage ou le spécialiste responsable des travaux (architecte, maître d’œuvre, entreprise de maçonnerie…). Par conséquent, cette action représente une lourde responsabilité en cas de problème.

Dans le cas d’une maison mitoyenne, le certificat de conformité d’un logement transmis à la Mairie, doit préciser si la déclaration concerne la totalité ou une partie des constructions approuvées. Chaque étape réalisée fait l’objet d’un certificat de conformité.

Le formulaire Cerfa°13408*04 est disponible et téléchargeable sur internet. Si le projet comporte des extensions supérieures à 50 m2 avec des surfaces thermiques, une attestation de conformité du bâtiment à la réglementation thermique RT 2012 devra également être jointe et devra être complétée par un professionnel qualifié (spécialiste des normes de constructions ou architecte). Le dossier contenant le formulaire et l’attestation est rendu en 3 exemplaires.

Suite à la réception du courrier, la commune a 3 mois pour contester la conformité des travaux. Il faut alors qu’elle envoie une équipe chargée de vérifier les travaux en détails. Mais la plupart des municipalités ne le font pas systématiquement.

Dans certains cas, lorsqu’il s’agit d’intervenir sur un immeuble inscrit aux Monuments Historiques ou construit en zone protégée, la mairie doit effectuer une contre-visite. Elle a 5 mois pour le faire.

Après ce délai de 3 à 5 mois, la demande est considérée automatiquement comme étant valide. Ensuite, dans les 15 jours, la mairie envoie un document certifiant qu’il n’y a pas d’objections à la conformité des travaux.

Comment obtenir un certificat de conformité pour la vente d’une maison ?

un certificat de conformité pour la vente d’une maison ?

Un ancien certificat de conformité est nécessaire pour revendre une maison de moins de 10 ans. Ce document assure au futur propriétaire d’être bien en règle avec la mairie.

Par ailleurs, l’attestation de non-contestation de la conformité des travaux n’est pas un document indispensable à fournir au moment de la vente de la propriété. Cependant, certains acheteurs réclament ce document pour s’assurer que la municipalité n’exige pas de réaliser des travaux de rénovation ou même de démolir la maison.

En effet, la non-conformité peut entraîner une disposition administrative, sauf pour les bâtiments de plus de 10 ans. Dans d’autres cas, non seulement ils peuvent demander la conformité dans les plus brefs délais, mais ils peuvent également refuser les futures rénovations. Dans le pire des cas, on demandera de démolir le bâtiment. Après les modifications, il convient de redemander une attestation de conformité pour votre domicile.

Pour être en conformité dans la vente, si vous n’avez pas reçu le document dans les délais de 15 jours, il convient de relancer la mairie. Si la commune ne donne toujours pas de réponse, la préfecture peut prendre le relais et délivrer une attestation.

Enfin, si la DAACT n’a pas été déposée, ou si le logement n’est pas en conformité avec un permis de construire mais que l’acheteur est toujours intéressé, le notaire ajoutera à l’acte de vente une clause précisant le risque particulier encouru. Ceci en cas de non-respect de la construction au PLU.

Lors d’un rachat de crédit, votre banque peut demander une attestation de conformité. Ce n’est pas obligatoire ni systématique, mais là encore cet article rassure l’interlocuteur. L’absence d’attestation de conformité peut également révéler des vices cachés. Cela pourrait entraîner des amendes non seulement pour le vendeur, mais aussi pour le notaire qui a rédigé l’acte de vente.